SPARNABULLES...une causerie du vin, avec ou sans bulles !

13 juin 2018

Champagne BARBICHON, Blanc de Noirs Extra Brut

Champagne BARBICHON, Blanc de Noirs Extra Brut

La dégustation il y a tout juste 10 jours, de la "Réserve 4 cépages", m'avait dans un premier temps laissé un gout d'un vin trop fin, que l'aération avait porté à un très beau niveau (cf post ci dessous)

Ben là idem. Si le caractère de ce Blanc de Noirs est plus marqué, plus "costaud" (écrire "viril" ne se fait plus...), c'est dans un premier temps diaphane et discret...Le dosage zéro est une fois de plus difficile à gérer dans les premières secondes, donnant souvent un vin très fluide...Mais je vérifie : le vin à 7°. Anesthésié par le frigo ?


La robe est à la limite de l’œil de perdrix, avec ce petit côté rosé très appétissant...Mais une fois à 12°, ce sont des arômes de mirabelle, de fleurs blanches, et une vinosité discrète qui s'annoncent. On dirait un vin d'Eric Rodez précise le convive de gauche...certes avec moins de matière... ce qui demeure un compliment notable ici bas.

Cette base 2011, dégorgée en 2015, révèle un peu plus la qualité de ce domaine : si vous cherchez un champagne apéritif au sens noble, produit avec la certification biodynamique, c'est fait pour vous. L'absence de dosage est un parti pris, un petit risque pris aussi...Bien joué. 27 € caviste. 16/20

Posté par vinozzy à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juin 2018

Champagne Rosé de Saignée 2012 BONNET GILMERT

Champagne Rosé de Saignée 2012 BONNET GILMERT

Vous savez ce que j'en pense : avec un goûter composé de tarte au sucre, de clafoutis aux cerises et de brioche, mieux vaut un vin demi-sec, voire un bon thé ou café qu'un Champagne. Mais voilà, nous avons un truc à arroser avec les invités..alors Champagne !

Je choisis sans hésiter ce beau produit d'Oger qui est un Rosé de macération, tirage 2013, donc sans doute 100% récolte 2012. Le vin est immédiatement accessible, une pointe de dosage reste à integrer..sans doute 6 /8 gr, sans rendre doucereuse une fin de bouche qui se présente nette.

ROSELe nez reste peu typé fraise/cerise (ce qu'on attendait)...mais une pointe de cassis vient rehausser une vinosité qui reste apéritive. Bref :100% pinot mais frais. Beau travail de l'époque Denis Bonnet, gérant décédé subitement en 2016. Il nous faut gouter le même produit fait par ses filles et  nièce...ce sera pour cet été si nous passons en Champagne. Nous restons confiant vu les nouvelles installations au domaine.

15.5/20, possible 16.5 avec un dosage plus léger.

Posté par vinozzy à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pouilly Fuissé Jacques/Nathalie SAUMAIZE 2006 "La Roche"

Pouilly Fuissé Jacques/Nathalie SAUMAIZE 2006 "La Roche"

Cette cuvée ne semble plus exister. Du moins sous ce nom. Je ne trouve que "sur la roche" sur leur site. Bon...oui au fait, c'est très bon.

20180603_123237[1]Si je n'avais pas moi-même ôté le bouchon, je serai parti sur un vin plus sudiste, tant le fenouil, le jasmin ou la mirabelle dominent. Un boisé fondu (en étais-ce un ?) et une belle fraicheur du nez à la fin de bouche signe cette réussite.

Revenant de cette région sud bourguignesque, j'y ai peu gouté de vin aussi aérien et plein. Il n'a pas le gras du 2002 vieilles vignes ouvert l'an dernier signale la daronne, et j'ajoute "c'est tant mieux", on y gagne en précision et en classe, à mon humble avis.

Ce domaine n'est pas certifié bio, mais travaille intégralement les sols, c'est déjà ça. 15.5/20

 

rédigé par mon ami frédo le2 juin 2018

Posté par vinozzy à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2018

Champagne BARBICHON 4 cépages, éloge de la finesse

Champagne BARBICHON, réserve 4 cépages

 

70% pinot noir, 10% meunier, 10% Pinot blanc, 10% chardonnay, dosage annoncé brut...mais à 5 g soit  extra brut .

barbichon

Je savais que je n'ouvrai pas ce jour un monstre de puissance, et le premier nez puis la premère gorgée m'ont un peu laissé sur ma faim. Erreur. 8 heures tard en quart de vidange, c'est un beau vin sur le tilleul, l'infusion de fleurs blanches..et dire qu'il est issu de la côte des bar et de 70 % de pinot noir...belle vinification respectueuse. C'est ici la base 2010, dégorgée en 2015.

La côte des Bar, c'est la vallée de bar sur aube à bar sur seine, la partie sudiste auboise du vignoble champenois, où le contraste des années sèches/chaudes/humides/grêle/gel sont sont souvent exacerbées. Ils ont eu leur gros lot de difficultés depuis 3 ans, avec au moins l'équivalent d'une récolte perdue....

La vinosité, fine mais douce (alors qu'on est proche du dosage zéro...), signe pour ce domaine désormais en biodynamie une version du Champagne que je ne retrouve quasi jamais avec les méthodes traditionnelles : c'est fin, long et la matière se dévoile avec l'aération. Bravo ! j'aurai mis 14/20 au premier verre...15.5 désormais. Mais pourquoi n'en ai-je pas plus d'une dans ma cave ?

Posté par vinozzy à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2018

Vouvray, Le compte Marc 2013, Julien Vedel : un vin d'ami qui est votre ami

Les amis par internet, cela a des limites. celle d'une vrai rencontre et Julien est venu en Champagne en 2014. On a pu échanger sur le vin, écouter Julien parler pendant des heures de son aventure de néo vigneron (30 ares en bio..une grosse barrique -de vin, pas le vigneron !!-).

Ce 2013 est encore un enfant. Un premier nez exotique qui vous emmène en 2 secondes vers le traçant, le vivant et droit Chenin.

2013,vouvrayEn demi corps, c'est un vin apéritif, qui passé quelques secondes de perlant, dévoile une pureté et une fraicheur non incisive, sans aucune marque d'élevage. De fines notes de poire et d'acacia closent la dégustation.

Il faut encore laisser le temps patiner l'ouvrage. 15/20 en l'état.

Posté par vinozzy à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mai 2018

La Villesenière, Champagne, Les Cuteries 2010

La Villesenière, Champagne, Les Cuteries 2010

 

Base 2010, dégorgé en juillet 2013, extra brut.

Notre hôte sacrifie sa dernière bouteille....De mémoire, ce fut le premier millésime de cette aventure pour les époux Chenevotot, qui venait de quitter la coopérative pour produire leur propre vin, et qui désiraient, en créant cette gamme "La Villesenière" aux cotés de la marque historique "Claude Michez", produire des vins plus aboutis, élevés en fûts, et majoritairement parcellaires.

20180518_203138[1]


Que ce vin a évolué depuis 2014....s'il subsiste une note boisée aérienne, nous avons ici une effervescence douce et un vin où le Chardonnay (100%) exprime un gras et une rondeur assez inhabituelle. Loin des produits traçants d'Avize ou Cramant, c'en est une expression ronde et mature. Un vin de méditation car il force à penser à lui.

Je notais dans un autre fil que des producteurs émergeaient au fur et à mesure de l'envolée tarifiennes du top 100 ou 200 de la Champagne. Je pense que ce vin d'artisan se trouve au domaine autour de 32/35 €, c'est encore très raisonnable....Le millésime à la vente est sans doute 2014 (?), au moins de ce niveau.

 

Hé, elle est pas belle, la photo au milieu du persil fraichement cueilli ?

Posté par vinozzy à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Duperé Barrera : Bandol rouge India 2000

Duperé Barrera : Bandol rouge India 2000

Je ne peux dissocier ce vin des échanges avec les géniteurs, alors contributeur comme votre serviteur (alors total débutant) du forum/liste de discussion iacchos, à l'aube des années 2000. Ainsi que du vendeur, un caviste à roulettes nommé Jean Philippe Héaumé, qui inventa la vente de vins sur internet, version artisans et découvertes. Celui ci prend sa retraite ce mois ci, je lui dédis cette chronique avinée. Bon vent JPH !

20180518_200659[1]

Bandol India 2000 : étonnante robe grenat brillante, on dirait un 2010...le nez est profond, large et épicé. Quel puissance ...maitrisée ! J'anticipai une oxydation qui a pu caractériser le vieilissement parfois "sauvage "de la micro production de ce duo amoureux des vins sudistes. Le négoce haute couture en provence ou sud-rhône ? c'est Dupéré Barrera pour moi.

La bouche dévoile des notes de cuir, je serai parti sur chateauneuf à l'aveugle. Civilisé et enjôleur, ce sont des notes kirschées qui terminent la dégustation, sur une longueur de plus de 10 secondes. Magnifique, bon à boire et tout sauf passé...17/20.

Posté par vinozzy à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2018

Cépages Oubliés, Anciens...ou d'Avenir ? Le Champagne Autrement.

 

Voici maintenant 13 ans, nous mangions dans un restaurant sparnacien (1) et c'est déjà Pierre Yves Cainjo, notre hôte caviste du jour, qui nous faisait découvrir une cuvée 6 cépages de Moutard. Un des vins les plus marquants pour moi. Un fruit, une finesse et une complexité bien au dessus de la moyenne. La curiosité de ce que pouvait être l’encépagement champenois d’avant trio chardo/pinot/meunier était née.

Alors vous pensez bien qu’en voyant que pour fêter ses 7 ans, le facétieux caviste nous proposait 7 vins issus des 7 cépages..il ne fallait pas louper cela.



CR : Drappier : Quatuor Blanc de Blancs, Arbanne, Petit meslier et Pinot Blanc (ou Blanc Vrai). Base 2014 50%, 40% 2013 et vins de réserve. C’est bien de commencer par ce Champagne car il est long, fin, aérien. La génitrice précise que le soufre est très réduit…je trouve surtout cela droit sans austérité, sur les fleurs blanches. 15.5/20 +/- 50 € caviste.



CR : René Geoffroy : Les Houtrants. Vigne complantée pinot noir, meunier, arbanne, meslier… à la réalisation très personnelle : des vins de réserves tirés avec une liqueur faible, en magnums, dégorgés (remise en cercle) et assemblés avec du vin de l’année. C’est ici le tirage 2012, non dosé. Grosse claque : c’est puissant, ça part dans tous les sens et c’est d’un immédiat confondant. Les différents cépages sont récoltés en même temps, le but étant de faire ressortir le terroir. Une culture qui selon Jean Batiste Geoffroy permet de moins traiter aussi…donnant un avenir potentiel à la complantation ?…parcelle travaillée au cheval. Vous connaissez Cumières, c’est juste au dessus du cimetière ! 18/20. +/- 120 € caviste



CR : Pierre Gerbais. L’originale. 2013. 100% blanc de blanc, vigne de 1904. Ciselé, fin, c’est sans fard..car sans dosage. Ici aussi, les fleurs blanches (c’est la saison : ici néfle ou pommier, on est dans le délicat).Une pointe de mirabelle enveloppe une bouche apéritive. 16/20. +/- 50 € caviste

CR : Pierre Gerbais. L’unique. 2014. Sans soufre ajouté. Une superbe tension « dans la lignée des 2008 » précise le vigneron..très beau travail, c’est long, fin…16.5/20. +/- 58 € caviste



CR : Benoit Lahaye . Le jardin de la grosse pierre. Encore une claque. Le fruité est explosif, c’est ouvert et à la fois à attendre car il en a sous le pied. Comme pour le René Geoffroy, c’est 7 cépages récoltés en même temps. Meunier, pinot, arbanne, pinot blanc, chardo…plus qu’une figure de style, c’est UN style. Non dosé. 18/20. +/- 88 € caviste



CR : Tarlant. BAM ! Présenté par Mélanie Tarlant, c’est un fruité intense ; long et sapide. Un vin de plaisir composé de pinot Blanc, Arbanne et Meslier (BAM, quoi).Non dosé, c’est plein d’énergie, vinifié en soléra pour amener des fragrances mûres sur un côté brut et …aérien. 17/20. +/- 93 € caviste.



CR : Laherte, les 7. Soléra composée de 50% de vins de 2014 et 50% de vins depuis 2005. Dosage 4 gr. Pinot gris, arbanne, chardo, pinot blanc, meslier…J’avais gouté cette cuvée dans sa version antépénultième, c’est plus large et accessible que dans mon souvenir. Si ce vin est le gout du Champagne d’il y a 200 ans… mais était-il récolté à pleine maturité comme on le sens ici ? Superbe. 17/20 + /- 60 € caviste.


Quel niveau général ! Avec un fil conducteur : ces cépages donnent une alternative très intéressante au Chardonnay de la côte des blancs, à qui je les compare pour la finesse, la fluidité et un côté apéritif marqué. Dans ces versions de vignerons passionnés, évidemment haut de gamme, c'est beaucoup moins monolithique, beaucoup plus original..et assez onéreux, mais certains dépassent de tellement loin les cuvées "mythiques" du négoce...pour 30 à 50% de moins comme toujours. Merci au caviste d'avoir organisé ce moment !

Et...Merci de ne pas être vindicatif et de me signaler des erreurs grossières, ces notes étant prises rapidement.

(1) La Table Kobus,, Epernay,  pas de droit de bouchon jusqu'au vendredi soir, cuisine du marché 3 plats à 25 € le midi...foncez !

Posté par vinozzy à 22:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2018

OSTERTAG ou l'entrée de gamme au plus haut : Riesling "vignoble d'E" 2008

Riesling  "vignoble d'E" 2008 Domaine OSTERTAG

 

C'est consternant. Il y a des producteurs dont la réussite semble téléphonée. Au sens tellement prévisible que dès le premier nez, le sourire vous vient.

Le nez est confit, sur une pointe exotique (goyave, ananas) mais dominée par un citron doux et amène. La bouche est enrobée (3 gr de résiduel ?) mais pourant une petite amertume en finale vient se joindre à l'acidité& attendue. Une fraicheur calmée par la garde..... qui est le compagnon idéal de la choucroute label rouge. Profitez en pour acheter des saucisses de strasbourg chez naturéa, c'est bio et ce sont les meilleures jamais mangées ici. Fin de la minute alsacienne à la JP Pernaut.

DSCN6662

DSCN6663

C'est diablement sapide et la bouteille n'a besoin que 2 verres et 2 convives pour se vider entre l'apéritif et le repas. Rare. 16/20...pour moins de 19 € caviste, en bio..chapeau Dédé.

Posté par vinozzy à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2017

Bourgogne Blanc VV JPhi FICHET 2010 : les bulles en moins

Bourgogne Blanc Vieilles Vignes Jean Philippe FICHET 2010 : les bulles en moins

DSCN6580 Assez exubérant mais ciselé, sur un élevage encore marqué, il me prend soudain l'envie de mettre ce gras beurré dans une bouteille de champagne, et d'ajouter un peu de Co2.

Car c'est exactement le genre de champagne que j'apprécierai, pour sûr.

Passons ce moment d'égarement local pour dire que ce vin est suffisamment dense et long pour faire la nique (expression usité du temps ou "niquer" n'existait pas dans le vocabulaire familial...il en est toujours absent d'ailleurs) à des Meursault classiques.

Je ne sais plus comment ce vin est arrivé dans ma cave Un échange sans doute. Du plus bel effet. Que vaut ce vin à l'achat, je ne trouve rien sur le net ? 16/20 dans l'absolu.

Posté par vinozzy à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]