Une mien parente me fit dans les années 90, pour mes 30 balais, ce cadeau : une bouteille d'Alfred Rotschild avec une étiquette personnalisée avec ma binette dessus. Je vous ferai grâce de cette photo où je suis en culotte courte. Je pense que la base de ce BSA est 92 ou 93.

https://www.lsa-conso.fr/mediatheque/7/1/7/000025717.jpg

 

Ce Champagne, issu du groupe Burtin/Marne et Champagne (devenu Burtin, Lanson...), est en général très peu apprécié de l'amateur : sans matière réelle, vinifié sans malo... il reste dur dans sa jeunesse, et son dosage proche de 10 gr est intolérable...jeune.

J'ai ouvert une bouteille pour mes 30 ans, une pour mes 40 ans, et la  troisième hier, à plus de 50 ans. Elle fut le vin de la soirée. Que le Champagne est noble lorsqu'il vieillit ainsi.

Le nez est sur la figue, sans madérisation, et si l'effervescence ne dure que quelques minutes dans le verre, c'est sans importance. Le dosage ne se fait sentir qu'en fin de bouche, permettant même de garder un peu de longueur. Des notes de jasmin, de fins champignons font le silence s'installer autour de la table....damned, ça vaut le coup de garder ces bouteilles "moyenne" du négoce champenois...car à moins de partir d'un niveau qualitatif très bas (Mercier, Castellane...) le potentiel est là.

Le Champagne, le vin blanc sec qui vieillit le mieux au monde ?