Cote Rotie Bernard LEVET "les 3 P"

J'ouvre peu de 1996, car tant d'amis ont leurs enfants de ce millésime que je leur en garde la primeur. Comment expliquer que primeur ne prenne pas de "E" ? J'aurai z'aimé.

Ce vin est comme les bordeaux, les bourgognes et les loires 1996. Une acidité leur permet de se proposer encore d'un bon niveau 20 ans aftère. Sur le site LPV, nous avons débattu à l'envie du potentiel de garde de cette année si fraiche, historiquement fraiche. Rappelez vous : un bel été, un bel automne (si, si, avec un m qui ne se prononce pas, le fourbe), mais il fallait mettre une petite laine tous les soirs. Nuits fraiches, nuits calines pour le vin. Acidité préservée. Une vendange souvent autour du degré moyen, et cette fraicheur nous donne des vins parfois acerbes, souvent bons et de garde. je ne dis pas excellents, c'est assez rare en fait, à ma modeste expérience.

DSCN6513Ce côte rotie est d'une finesse qui préserve un soupçon de gourmandise, après un nez...ben "Rotie" au sens viandé et noblement oxydé par les 2 décennies. En prenant garde de ne pas le laisser à l'air libre plus de quelques minutes, il est d'un accord excellent avec le poulet au curry, mais meilleur encore sur le magret de canard à la pöele d'hier, servie ici froid, en tranches fines.

C'est digeste, moche je vous l'accord (et le 2015 gouté hier au salon des vignerons de reims l'est tout autant, la sérigraphie s'accordant mal d'un dessin aussi enfantin) mais si nous revenons au vin, je vois la bouteille se vider gentiment. C'est tout le mal que je vous souhaite : bon, tranquille, hein, un verre après l'autre, pour vous remettre de votre belle séance de sport, l'avez bien mérité celui là. On est tous pareil, hein.15.5/20 car abordable à l'époque +/- 13 €, aujourdhui plutot 35 €.

 

DSCN6512